L'association a fêté ses 15 ans



Un canton qui a sa revue !

Le XXIe siècle est riche de nombreux, variés et enrichissants bulletins municipaux qui chaque année informent les habitants de la commune, des réalisations et questions qui sont débattues au Conseil.

Quelques bulletins donnent des informations complémentaires sociales ou économiques, ainsi que des renseignements sur les nouvelles installations artisanales ou commerciales. Ces bulletins sont précieux car ils donnent un visage exact de la commune concernée. Par contre, rares sont ces bulletins qui proposent des pages historiques ou culturelles, avec par exemple rappels de traditions ou de vieilles coutumes, ou des faits notoires liés au passé, proche ou lointain de la commune. Il est difficile de dresser une liste complète de ces bulletins. Très souvent, ce sont des sociétés culturelles qui interviennent pour restituer le passé et la vie ancienne de la commune. On connaît le dynamisme et les moyens d’Olonna, société culturelle des Sables d’Olonne, ou de la société d’histoire de Challans. Il faudrait aussi signaler la société culturelle de Saint-Gilles ou celle de Mareuil-sur-Lay, ou celle du Pays des Olonnes. C’est une parcelle de l’histoire de notre terre qui est restituée.

Beaucoup plus rares sont les cantons, identité territoriale mal connue, qui se proposent d’aider des associations patrimoniales. Nous voulons signaler le canton de la Mothe-Achard qui est riche d’une revue au titre original DI ME Z'OU, émanation d’un groupe culturel et historique dont les travaux et recherches témoignent du travail des membres de l’Association : HISTOIRE ET TRADITIONS AU PAYS DES ACHARDS.

Nous signalons cette association, car elle célèbre en ce début de l’été, ses 15 ans d’existence et donc le 15e volume de sa publication.

On peut s’interroger sur l’origine de cette Association, puis de la revue. Le constat est simple : des historiens et des chercheurs autodidactes, passionnés par une connaissance du passé se sont réunis pour formaliser leurs désirs. Il fut un temps question de réaliser une étude historique du canton au cours des siècles. Ce projet parut ambitieux, et de plus en ne regardant que l’Histoire, avec  majuscule, on risquait de laisser de côté tout le vécu par les anciens et nos grands-parents. Les usages, coutumes, traditions auraient pu être oubliés.

De plus, a-t-on un jour assez recherché pour parler de l’Histoire d’un canton ? Il fut donc décidé de réunir toutes les bonnes volontés intéressées par le projet, pour faire part de leurs travaux, chaque année. Ce collectage imposait que les découvertes soient diffusées. Donc une revue s’imposait. Ce fut chose faite avec la brochure annuelle titrée DI ME Z’OU. Le titre pouvait faire penser à une revue en parler local. Ce ne fut pas le projet, mais bien de montrer la finalité des travaux : faire savoir les découvertes et souvenirs. Le titre est l’exclamation de nos grands-parents quand on voulait leur confier une nouvelle.

Dans cette revue, que trouve-t-on ? De très nombreux articles historiques qui évoquent aussi bien la préhistoire que la guerre de 14, des événements de la Guerre de Vendée que l’histoire des foires, et bien d’autres sujets. Dans l’ensemble, les articles sont vivants et bien documentés. En plus, on trouve de nombreuses contributions liées à la vie d’autrefois, comme les coiffes d’antan ou la découverte de sculptures de telle ou telle église. On trouve aussi un reportage sur les orages d’octobre 1909, qui occasionnèrent des inondations catastrophiques, faisant de gros dégâts dans tout le canton, avec des débordements de l’Auzance et du Jaunay. On note sur un journal du temps, que dans le bas du bourg de Beaulieu, la rivière qui, habituellement, a un mètre de large, atteint, au plus fort de l’inondation, près de 160 mètres, dit le reporter !

Ajoutons qu’il y a aussi des récits, légendes et faits divers qui complètent des pages de chaque livraison. Souvent les articles sont agrémentés de dessins à la plume, ce qui rehausse la qualité de la présentation. Les 15 livraisons forment un ensemble de près de 1000 pages, avec la participation de plus de 50 rédacteurs.

Si chaque canton avait le même projet, on pourrait constituer un bel ouvrage sur la Vendée d’hier et d’avant-hier. On peut toujours rêver. Une belle expérience qu’il fallait souligner. Cette revue informe et renseigne sur le passé des communes du canton des Achards. Ce qui donne corps à une structure administrative peu évidente pour les citoyens.  

                                                                                                         
Guy PERRAUDEAU


Réagir

CAPTCHA